Ophélie Winter
Powered by Conduit Mobile
Biographie Un premier disque à 6 ans ( La chanson des Klaxons ). Un deuxième a 12 ans ( Poil de carottes ). Prend son envol à 17 ans et devient mannequin à travers l’Europe pendant 2 ans. Rentre à Paris, devient animatrice phare sur M6 en prenant simultanément les commandes du Hit Machine, puis de Dance Machine, puis Dance Machine Club, Ophelie Street, Coming Next, et Ophelie Winter Show. En 1995, elle sort ce qu’elle considère être son vrai premier single, Dieu M’a Donné La Foi, énorme tube ( plus de 500 000 disques vendus ) qui lui vaudra une nomination aux Victoires de la Musique. Sortie du premier album No Soucy, et des singles, Shame On U, Le feu qui m’attise, plus de 300 000 ventes, c’est la consécration. 1996, petite pause cinéma, et en 1998 elle sort un nouvel opus Privacy pour lequel elle aura encore un disque d’or. Puis en 2002, c’est la sortie d’Explicit Lyrics avec le premier single Sache qui se place directement en 6ème position du top 50, et y restera 17 semaines. Ophélie ne continuera pas la promotion de cet album à la suite du décès de son patron et ami YANN-PHILIPPE-BLANC, qui la plongera dans un long silence… Artiste au grand coeur, elle offre sa voix et son talent au profit de diverses causes caritatives telles que “Les Restos Du Coeur”, “l’Association Laurette Fugain”, “Ensemble Contre Le Sida” ou plus récemment “La Voix De L’Enfant”, avec le single “Parle, Hugo, Parle”. Le 17 mars 2009 sort le single Affection avec un clip qui sera vu plus d’un million de fois en à peine une semaine. En mai 2009, sort enfin le 4e album studio intitulé Resurrection. Ce dernier sera diffusé uniquement en digital, sur toutes les plateformes de téléchargement. Il sera n°1 des ventes en France lors de sa sortie. Pour cet album, Ophélie endosse le costume de productrice en l’auto-produisant, une grande première qui lui permet d’ajouter une nouvelle corde à son arc. Après des passages remarqués en tant que « Guest » dans les séries TV 
« R.I.S. Police scientifique » et « Doc Martin » diffusées sur TF1, il faudra attendre septembre 2014 pour qu’Ophélie fasse son grand retour sur la scène médiatique en annonçant sa participation à la 5ème saison de Danse avec les Stars, pour le plus grand bonheur de ses fans.
Music
Vidéos
Store
Resurrection Buy Explicit Lyrics
iTunes
Privacy iTunes No soucy
iTunes

Copyright Double You 2014

En quelques dates : • 1996 : Hommes, femmes, mode d’emploi 
de Claude Lelouch
• 1997 : Tout doit disparaître de Philippe Muyl
• 1997 : Bouge ! de Jérôme Cornuau
• 1998 : Folle d’elle de Jérôme Cornuau
• 2000 : Y a-t-il un flic pour sauver l’humanité ? de Allan A. Goldstein
• 2001 : She Who Must Be Obeyed 
(Le Mystère de l’Anneau sacré) de Timothy Bond • 2001 : Les Jolies Choses de Gilles Paquet-Brenner
• 2001 : Ma femme est une actrice de Yvan Attal
• 2003 : Mauvais esprit de Patrick Alessandrin
Filmographie C’est par la grande porte qu’Ophélie fait ses débuts sur grand écran, grâce à Claude Lelouch qui lui offre un rôle dans « Homme Femme, Mode d’Emploi » aux côtés de Bernard Tapie et de Patrice Luchini. Même si elle n’y apparaît que quelques minutes, c’est Ophélie, souvent accompagnée de Bernard Tapie, qui assure la promotion sur les plateaux télé de ce film sorti le 28 Août 1996. La presse est unanime, Ophélie crève l’écran, avec un charisme et une présence indéniable.Avec une telle carte de visite, Ophélie obtient, peu de temps après, l’un des cinq rôles principaux dans la comédie à l’humour noir et grinçant « Tout doit disparaître », sorti le 22 janvier 1997 et réalisé par Philippe Muyl.
Entourée de comiques confirmés: Didier Bourdon, Elie Semoun, Yolande Moreau, José Garcia, elle y incarne Eve Latour, une sexy secrétaire ayant une relation avec son patron marié à une femme plutôt coriace. Le 25 Juin 1997, le conte de fées musical « Bouge! » de Jérôme Cornuau sort en salle. Ophélie y incarne son propre rôle pour venir en aide à la jeune Alice arrivant de Marseille pour retrouver son père et rêvant de percer dans le domaine de la chanson. Ophélie nous offre un panorama complet de ses multiples talents: elle joue la comédie, elle chante, elle danse, elle confirme qu’elle a vraiment sa place dans le paysage cinématographique.
Elle enchaîne un an plus tard avec « Folle d’Elle » (17 Juin 1998), tourné à Los Angeles. Aux cotés de Jean Marc Barr et de Rachel Welch, elle joue le premier rôle féminin et se retrouve à nouveau sous la direction de Jérôme Cornuau.
Cette comédie romantique raconte comment Marc, photographe baroudeur avec des problèmes d’argent, va se transformer en homosexuel dans le but de pouvoir habiter chez Lisa, banquière vivant seule dans une grande maison. En 1999, Ophélie part en Bulgarie pour tourner à Sofia, « SHE Who Must Be Obeyed « . Ce téléfilm de Timothy Bond reste inédit en France. Elle y incarne la reine de Kor, Ayesha. L’histoire est basée sur une nouvelle publiée en 1887, de l’écrivain anglais Henry Rider Haggard, auteur de romans d’aventures. Il s’agit là de la huitième adaptation de ce récit, Ophélie reprend donc le rôle titre après, entre autres, Ursula Andress.Ophélie donne ensuite la réplique en tant que premier rôle féminin au comique Leslie Nielsen dans « 2001 a Space Travesty » (« Y-a-t-il un flic pour sauver l’humanité? » qui sortira seulement le 31 juillet 2002).
Ce film, tourné entre Munich et Montréal, s’inscrit dans la grande lignée des « Y-a-t-il ».
Ophélie y signe 2 titres de la B.O.: « Throw it up » et « Get down tonight ».
Consciente du non succès de ce film, Ophélie ne regrette pas sa participation qui lui a permis de tourner dans un film a gros budget (26 millions de $) avec l’un de ses idoles, Leslie Nielsen. Le 14 Novembre 2001, deux films, avec Ophélie au générique, sont à l’affiche: * »Les Jolies Choses » de Gilles Paquet-Brenner, adaptation du roman trash de Virginie Despentes. Ophélie y incarne Jessica, une lesbienne droguée et perverse.
Avec 21 millions de FF de budget, ce film a reçu le prix Michel d’Ornano qui, depuis 1998, récompense sur des premiers scénarios adaptés à l’écran au festival du cinéma américain de Deauville en 2001. * »Ma femme est une actrice », première réalisation d’Yvan Attal
Ophélie ne fait qu’une apparition dans une scène qu’elle partage avec Yvan Attal et Roshdy Zem.
Cette comédie tendre et légère dans laquelle un journaliste jaloux ne supporte pas de voir sa femme, actrice, tourner avec d’autres hommes, s’est vue décerner le Grand Prix du Festival de Sarlat. »Mauvais Esprit » de Patrick Alessandrin arrive le 05 Novembre 2003. Ophélie Winter, Thierry Lhermitte, Clémentine Célarié et Maria Pacôme composent le casting de ce long métrage tourné à Madrid. Ophélie interprète Chrystèle Porel, une jeune maman, sans aucun instinct maternel, qui préfère, par exemple, aller faire du shopping plutôt que de donner le sein à son nouveau né.
Le binôme Winter/Pacôme fonctionne à merveille grâce aux deux actrices et à leurs répliques choc. Le film, grâce notamment à d’excellentes critiques, comptabilise plus de 2 millions d’entrées offrant à Ophélie, par la même occasion, davantage de crédibilité en tant qu’actrice.
Photos

© Double You 2014

contact